24.09.2018 / Communiqués / Sécurité /

« Le service de demain » : Les JDC s’engagent pour une armée moderne et un service en phase avec son temps

La Suisse dépend d’une politique de sécurité fiable et progressiste. Cependant, les structures, en particulier celles de l’armée suisse, sont en partie obsolètes et dépassées. Le système doit être modernisé et professionnalisé, y compris l’obligation générale de servir à la protection civile ou au service civil. A l’avenir, les deux entités de la protection civile et du service civile doivent fusionner en un seul service citoyen et les femmes seront également soumises au service obligatoire. En outre, le Conseil fédéral doit examiner l’introduction d’une armée professionnelle. Les JDC Suisse présentent le « service de demain ».

La forme actuelle de service montre souvent de l’inefficacité et peu de flexibilité. Cela doit changer à l’avenir. Le service militaire, la protection civile et la service civil ne doivent pas se faire concurrence, mais doivent se compléter et se promouvoir mutuellement. En particulier, une plus grande importance devrait être accordée à la responsabilité personnelle des astreints au service. Tout d’abord, qu’il s’agisse du service militaire, de la protection civile ou du service civil, le bien commun et la valeur ajoutée pour le grand public ou pour notre pays doivent toujours exister.

L’armée de demain

La Suisse s’appuie sur une armée forte pour assurer sa défense et sa sécurité nationale. Face aux défis croissants du continent européen et aux tensions intercontinentales croissantes, la Suisse, là où sa neutralité et sa tradition humanitaire le permettent, devrait coopérer plus étroitement avec ses alliés (par exemple l’OTAN) et favoriser les échanges.
La Confédération est chargée d’examiner d’un œil critique les tâches de l’armée et de les adapter en conséquence. Compte tenu de l’augmentation des menaces et des attaques, en particulier dans le secteur numérique, la création d’un centre de compétences pour la cybersécurité est inévitable. Afin de faire progresser l’efficacité et la modernisation de l’armée, la professionnalisation et l’adaptation des tâches et des structures de l’armée sont nécessaires. Le Conseil fédéral doit examiner le modèle d’une armée professionnelle et des formes alternatives de service.
Les JDC continuent de soutenir pleinement l’armée et exige qu’elle continue de recevoir les ressources financières et humaines nécessaires. Toutefois, il faut que les politiques aient le courage de ne pas adhérer à un système obsolète et désuet, mais de s’adapter aux progrès techniques, sociaux et politiques et d’entamer des réformes globales en conséquence.

L’obligation générale de servir de demain

L’ancien système comporte des doublons et est couteux. Afin de réduire la charge administrative, le service civil et la protection civile doivent être regroupés en un service citoyen général. L’introduction d’une obligation générale de servir pour les femmes et les hommes est également nécessaire dans le sens de l’égalité.
Afin d’assurer que l’obligation générale de servir soit à l’avenir conforme au monde professionnel et à l’évolution de la société, il convient de rendre possible, par exemple, la prise en compte des congés maternité et paternité et du travail bénévole, ainsi que la flexibilité du service. Les astreints au service sont eux-mêmes responsables de remplir leur obligation de servir et organisent leurs services, dans une large mesure, de manière indépendante. L’obligation générale de servir doit être remplie entre 18 et 40 ans. Le nombre de jours de services est réduit à un nombre basé sur les besoins réels. Celui qui ne s’acquitte pas de son obligation de service sera tenu de payer en conséquence.

Les JDC sont convaincus qu’une modernisation de l’obligation de servir peut contribuer à renforcer et à mieux faire accepter le service. Un système en phase avec son temps, plus souple et plus efficace devrait donc offrir une valeur ajoutée visible à la société.

JDC Suisse : Le service de demain

Kontakt