17.06.2019 / Communiqués / Environnement et énergie /

Les jeunesses de parti soutiennent une contre-proposition pour l’initiative pour une eau potable propre

Les jeunesses de parti du PBD, du PDC, du PEV, des VL et du PLR s’unissent et demandent dans une lettre commune aux groupes parlementaires fédéraux des leur parti respectif de faire une contre-proposition à l’initiative sur l’eau potable. L’emploi d’agents phytosanitaires comporte des risques pour les jeunes générations et les générations futures, d’où la nécessité de solutions significatives.

Nous ne sommes pas toujours du même avis, mais nous sommes d’accord sur le fait que lorsqu’il s’agit de l’utilisation des pesticides, il est nécessaire d’aller encore plus loin.

Pour nous, les jeunesses de partis, l’urgence du problème est incontestable. Compte tenu de la dégradation avancée de la biodiversité, qui est également documentée dans le dernier rapport du conseil mondial de la biodiversité, et de la pollution croissante de nos eaux souterraines, attendre n’est pas une option. Une contre-proposition peut être utilisée pour élaborer des mesures politiques visant à minimiser les risques posés par les pesticides et à réduire l’utilisation de l’azote.

Selon l’office fédéral de l’environnement, dans 70% des stations de surveillance des eaux souterraines dans les zones de culture intensive la valeur maximale prescrite dans l’ordonnance sur les eaux pour les substances actives phytosanitaires est dépassée. C’est la raison pour laquelle nous avons envoyé dimanche une lettre commune aux membres respectifs du groupe parlementaire du parti mère (voir pièce jointe). Dans cette lettre, nous appelons les groupes politiques de nos partis mères à soutenir la motion de rejet afin qu’une contre-proposition puisse être faite malgré le refus de la commission de l’économie et des redevances du Conseil national (CER-CN). Une telle proposition est également dans l’intérêt de l’agriculture. Des sols et des ressources d’eau en quantité et en qualité suffisantes, ainsi qu’une biodiversité saine sont à la base de la production alimentaire. C’est ce que nous voulons protéger.