05.12.2019 / Communiqués / Assurances sociales / , , , ,

A quoi ressemblera à l’avenir notre prévoyance vieillesse ?

Le baromètre des préoccupations du Crédit Suisse a été publié aujourd’hui. En tant que jeunesse de parti, les JDC s’engagent activement dans ces thématiques pour l’avenir de la Suisse. Nous démontrons comment nous voulons aborder les cinq plus grosses préoccupations des 18-29 ans.

Près de la moitié des électeurs considère la prévoyance vieillesse comme l’un des cinq plus gros problèmes de la Suisse, suivi du domaine de la santé, des étrangères et étrangers, de la protection de l’environnement/changement du climat et du chômage. L’ordre des préoccupations n’est pas tout à fait identique chez les 18-29 ans. L’AVS/prévoyance vieillesse reste en tête. La protection de l’environnement se trouve cependant à la deuxième place, suivie de la santé/assurances maladie, chômage/chômage chez les jeunes et les étrangères et étrangers. Du point de vue du JCVP, il est également intéressant de constater que la « sécurité personnelle » a augmenté le plus en termes de pourcentage. Ce résultat montre un sujet qui nécessite un examen plus approfondi à l’avenir. De plus, les JDC se réjouissent que l’intérêt à la politique soit en augmentation ces dernières années. Notre système de milice unique en son genre est également soutenu par la population qui souhaite plus de reconnaissance du travail dans ce type de mandats. Les JDC Suisse voient dans cela une confirmation de leur engagement pour le « Service Citoyen ».

La performance doit payer

Inquiétude numéro 1 : L’AVS et la prévoyance vieillesse

La prévoyance vieillesse est en Suisse une des aides sociales la plus importante. En raison de l’évolution démographique, elle est cependant mise dans un déséquilibre drastique. Selon la devise « la performance doit payer », les JDC luttent pour des réformes ciblées du système de protection sociale.

Les JDC s’engagent de manière conséquente pour un âge de référence identique pour les hommes et les femmes ainsi que de la flexibilisation de l’âge de la retraite et de la dépolitisation du taux de conversion. Modèles de travail et cycles de formation de la société doivent être pris en compte pour cette flexibilisation. Beaucoup de jeunes effectuent une deuxième formation de nos jours. Le système doit pouvoir s’adapter à ces modifications grâce à cette flexibilisation. Il est également important que la discrimination des différentes formes de la vie commune, principalement du mariage d’aujourd’hui, soit abolie.

En outre, les JDC estiment qu’il est judicieux d’introduire également le mécanisme du frein à l’endettement au niveau de l’AVS, afin qu’à l’avenir des mesures automatiques puissent être prises en cas de déséquilibre. Les débats actuels autour de l’AVS ont démontré que l’âge de la retraite représente un grand enjeu politique. C’est pourquoi les JDC souhaitent qu’à l’avenir l’âge de la retraite soit calculée sur la base de paramètres mathématiques. L’âge de départ à la retraite doit cependant être connue suffisamment à l’avance afin que la nouvelle étape de vie puisse être préparée correctement. D’urgentes réformes sont également nécessaires dans le 2ème pilier. Le taux de conversion ne correspond pas à la réalité et doit urgemment être dépolitisé. De plus, les cotisations de l’employé et de l’employeur doivent être adaptées de sorte que les coûts pour un employé d’un âge plus avancé ne soient pas tellement plus élevés. En même temps, les jeunes devraient cotiser dès leur 21ème année de vie à la caisse de pension.

Pour des innovations & transparence des coûts au lieu d’interdictions

Inquiétude numéro 2 : La protection de l’environnement

La protection de l’environnement et des ressources naturelles font partie des principes de base des jeunes PDC Suisse. La qualité de vie est augmentée avec un environnement sain. La protection environnementale offre également des opportunités économiques : La demande mondiale de nouvelles technologies durables est en hausse. Les JDC sont la seule jeunesse de parti bourgeoise qui s’engage depuis des années de manière conséquente pour la protection de l’environnement et pour des énergies renouvelables. Pour une combination de l’écologie et de l’économie.

Les JDC sont convaincus que grâce à son haut niveau de formation et de recherche, la Suisse peut et doit amener une contribution à travers d’innovations et de transmissions de connaissances. Dans ce sens, nous demandons plus d’investissements dans la recherche et dans la production d’énergie durable à partir de sources d’énergie durables. Les entreprises qui utilisent des technologies propres et les développent, bénéficient de moins de bureaucraties et d’allégements financiers.  Au lieu d’interdictions, les JDC exigent une transparence complète des coûts.

Afin de rendre les transports plus durables, il convient de promouvoir et de développer les transports publics de manière qu’ils deviennent une alternative compétitive à une mobilité nuisible à l’environnement. Dans le même temps, la question des transports durables ne devrait pas seulement se concentrer sur la promotion des transports durables, mais aussi sur la réduction active du trafic par le biais d’économies collaboratives, telles que les espaces de travail en commun.

Aujourd’hui, des tonnes de nourriture sont jetées en Suisse. Ceci doit être réduit par une loi qui, dans le sens de la gestion du recyclage, ouvre la possibilité d’un recyclage ultérieur. En outre, il s’agit de promouvoir les produits bio régionaux et saisonniers issus de notre agriculture.

Pour un frein aux coûts – contre l’explosion des primes dans le domaine de la santé

Inquiétude numéro 3 : La santé et les assurances maladie.

La qualité des soins de santé, qui reste abordable, est obtenue grâce à un mélange de concurrence et de réglementation étatique. L’esprit d’initiative doit être récompensé par des primes plus basses. Les JDC s’engagent afin que toute personne, quel que soit son revenu, son âge ou les risques sur le plan de la santé, ait accès à de bons soins médicaux à proximité de son domicile et puisse bénéficier des progrès de la médecine. Les coûts de la santé échappent cependant à tout contrôle ces dernières années. Avec le frein aux coûts dans le domaine de la santé, les JDC en collaboration avec le PDC veulent demander des aux acteurs responsables, de créer des incitations et des innovations dans le système de la santé qui ont un effet de réduction des coûts. Il s’agit, d’une part, d’une plus grande promotion de la numérisation dans le système de la santé à travers la cybersanté, aux salles de soins virtuelles et à la télémédecine. D’autre part, des mesures d’incitation doivent également être mises en place pour faire en sorte que la coopération entre les prestataires de services, réduise le besoin d’examens multiples. La forte densité des hôpitaux doit être compensée par la création de mesures incitatives pour assurer que les médecins généralistes, les centres médicaux et les pharmacies soient disponible dans les zones rurales. En outre, la responsabilité personnelle doit également être renforcée. Cela signifie moins de prélèvements de prestations, un nivellement des fonds de pension et un financement uniforme des prestations ambulatoires et hospitalières (EFAS).

Pour une orientation professionnelle en temps opportun

Inquiétude numéro 4 : Le chômage et le chômage chez les jeunes

Les JDC s’engagement fortement dans la sécurisation et la mise en avant de notre système de formation dual. Grâce à une formation en école professionnelle, complétée d’une formation pratique, la proximité avec le marché du travail est garantie. Cela facilité l’entrée dans le monde du travail.

Pour les jeunes, il est très difficile de faire le bon choix pour leur avenir. C’est pourquoi les JDC sont convaincus qu’une orientation professionnelle en temps opportun et obligatoire durant l’école secondaire les aidera dans ce choix.

Toutefois, un faible taux de chômage est également lié à une forte implantation économique en Suisse. Elle ne doit pas être affaiblie par des réglementations inutiles et doit être protégée des ventes incontrôlées à l’étranger par des contrôles des investissements.

Pour des conventions d’intégration et une intégration rapide sur le marché du travail

Inquiétude numéro 5 : Les étrangers et les étrangères

Il est important pour les JDC que les étrangers et les étrangères qui viennent en Suisse connaissent et respectent notre système. C’est pour cela qu’ils s’engagent pour la mise en place de conventions d’intégration et de sanctions en cas de manque de volonté d’intégration. Dans le même temps, une insertion rapide sur le marché du travail contribue à simplifier le processus d’intégration. Les JDC soutiennent donc la simplification de l’entrée sur le marché du travail et l’attribution des compétences existantes là où elles sont nécessaires en Suisse. Ainsi, les réfugiés ne se voient pas seulement offrir un avenir mais ils peuvent apporter leur propre contribution pour la Suisse.

Pour le renforcement du système de milice : Revoyons notre façon de penser !

Renforcement du système de milice avec le « Service Citoyen »

Les changements complexes et continus ont également accru les exigences à l’égard du système de milice. Il devient de plus en plus difficile de s’engager dans des activités de milice volontairement avec les conditions demandées de nos jours. Le Baromètre des préoccupations du Credit Suisse a également montré que la population souhaiterait que les activités des milices soient mieux reconnues. Les JDC considèrent le « Service Citoyen » commune une bonne solution afin d’atteindre cette reconnaissance. Ainsi, les activités de milice sont considérées comme un service à la société et peuvent également être reconnues au même titre que le service militaire. Un Service Citoyen introduit le devoir de service pour les hommes et les femmes et renforce en même temps le système de milice, car il est activement reconnu comme un service rendu à la société.