Wir stehen ein für Gerechtigkeit, Menschenwürde, Solidarität, Eigenverantwortung und verfolgen die Ziele der ökosozialen Marktwirtschaft. Unsere neue Website ist im Aufbau. In der Zwischenzeit findest du hier die wichtigsten Informationen von uns. Wir freuen uns auf dich!
Les citoyens veulent plus de responsabilité de la part des entreprises
Les citoyens veulent plus de responsabilité de la part des entreprises

Les citoyens veulent plus de responsabilité de la part des entreprises

Les JDC se réjouissent du rejet de l’initiative contre le commerce du guerre. Les électeurs suisses se sont en effet rendu compte que cette initiative n’avait pas la bonne approche. Les JDC regrettent cependant le rejet de l’initiative dite des multinationales responsables, manquant ainsi l’occasion de renforcer la responsabilité des entreprises.

Non à un quota fixe

Les JDC sont soulagés du net rejet par les électrices et électeurs de l’initiative populaire « Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre » du GSsA et des Jeunes Verts.

« Cette initiative aurait affaibli notre régime de retraite, notre Banque Nationale et de nombreuses PME », déclare Marc Rüdisüli, membre du comité. Il ajoute : « L’objectif de l’initiative était bon, mais son approche n’était pas la bonne. Le droit suisse est déjà très restrictif en comparaison internationale et a fait ses preuves. » Les préoccupations éthiques sont en vogue. La place financière suisse le reconnait et sera également soutenue par le Conseil fédéral à cet égard. Elle est l’un des principaux centres financiers du monde en la matière. Elle ne fonctionne toutefois qu’avec des critères que les investisseurs peuvent effectivement abandonner. L’initiative du GSsA, avec son quota rigide, aurait cependant été arbitraire et peu pratique.

Les citoyens veulent plus de responsabilité de la part des entreprises

Les JDC Suisse prennent acte de l’échec de l’initiative dite des multinationales responsables avec regret. Le fait que ce rejet se soit joué à la majorité des cantons rend ces regrets encore plus amers. Nous retiendrons cependant qu’une majorité de la population suisse souhaite que les entreprises fassent preuve de plus de responsabilité

Avec ce point de départ, le Parlement est désormais face à ses responsabilités. Le contre-projet n’a pas suffi à convaincre le peuple. Il est impératif que des améliorations soient apportées lors de la mise en application du texte.

L’initiative a déjà parcouru un long chemin au Parlement. De nombreux contre-projets ont été abordés. Parmi eux figurent des propositions qui bénéficient déjà d’un large soutien, à savoir le contre-projet du Conseil national. Il se veut être un compromis entre les commissions juridiques du Conseil national et du Conseil des États, les forces économiques et les initiants.

Pour les JDC, une chose est claire : la Suisse ne peut pas se permettre de laisser son développement économique se faire sur le dos d’autres personnes ou de l’environnement. Les obligations d’information et de diligence ne suffisent pas à garantir les valeurs de responsabilité et de solidarité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *