Wir stehen ein für Gerechtigkeit, Menschenwürde, Solidarität, Eigenverantwortung und verfolgen die Ziele der ökosozialen Marktwirtschaft. Unsere neue Website ist im Aufbau. In der Zwischenzeit findest du hier die wichtigsten Informationen von uns. Wir freuen uns auf dich!
LES JEUNES DU CENTRE VONT DE L’AVANT AVEC MARC RÜDISÜLI COMME NOUVEAU PRÉSIDENT
LES JEUNES DU CENTRE VONT DE L’AVANT AVEC MARC RÜDISÜLI COMME NOUVEAU PRÉSIDENT

LES JEUNES DU CENTRE VONT DE L’AVANT AVEC MARC RÜDISÜLI COMME NOUVEAU PRÉSIDENT

Beckenried NW, 3 octobre 2021 – Les délégués des Jeunes du Centre Suisse ont élu Marc Rüdisüli, 23 ans, du canton de Thurgovie, comme nouveau président des Jeunes du Centre Suisse. Sous le slogan « En avant », Rüdisüli veut s’appuyer sur le succès que la jeunesse de parti a connu ces dernières années et porter ses préoccupations vers l’avenir de manière conséquente. Lors du congrès de deux jours à Beckenried, les délégués ont élu, en plus de la présidence, un nouveau comité et adopté des papiers de position sur la formation, la politique familiale, le système de milice et le contrat intergénérationnel dans le domaine de la prévoyance vieillesse et de l’environnement.

Pour le jeune Thurgovien de 23 ans, il est clair que les Jeunes du Centre doivent à l’avenir être le premier point de contact pour les jeunes qui veulent faire évoluer vers l’avenir le système de réussite suisse. Un parti qui considère l’humain avant tout, met le contenu au centre et contribue avec joie au progrès de la Suisse. « La pandémie nous l’a montré : ce ne sont pas ceux qui font du bruit et crient au populisme dans l’histoire du monde qui nous sortiront de la crise, mais ceux qui agissent en fonction des faits et du bon sens. Nous avons besoin de plus d’actions dans ce sens et c’est exactement ce que représentent les Jeunes du Centre, » déclare Marc Rüdisüli. Rüdisüli succède à Sarah Bünter, qui quitte la présidence après deux ans et demi et le changement de nom de la jeunesse de parti, qui a pu enregistrer la plus forte croissance du nombre de membres parmi toutes les jeunesses de parti au cours des derniers mois.

Accent mis sur la prévoyance vieillesse, la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale et le service citoyen
Lors du premier des deux jours de congrès, les délégués ont traité du positionnement du parti sur les questions clés que sont la famille, la formation et la recherche, le système de milice et le contrat intergénérationnel dans les domaines de la prévoyance vieillesse et de l’environnement. Les délégués ont adopté divers papiers de position ainsi que des interventions en lien avec ces sujets qui seront maintenant soumises directement au Parlement fédéral par des parlementaires du Centre.

Le contrat intergénérationnel ne doit pas échouer à cause d’idéologies
Pour les Jeunes du Centre, il est clair que le blocage des réformes, en particulier dans le domaine de la prévoyance vieillesse, est dû à la pensée idéologique de nombreux partis. Les Jeunes du Centre s’engagent ainsi de manière conséquente pour un déficit net nul d’ici 2040 dans la prévoyance vieillesse et souhaitent renforcer le système des trois piliers pour l’avenir, loin des idéologies. Afin de rendre le troisième pilier plus attractif, notamment pour les jeunes générations, les Jeunes du Centre demandent dans leur intervention qu’une partie du capital du troisième pilier puisse être utilisée pour la formation continue. De même, les jeunes jusqu’à 35 ans devraient pouvoir verser une fois et demie le montant maximal du capital dans le troisième pilier.

Les familles sont des racines et une valeur ajoutée pour la société
Les Jeunes du Centre s’engagent particulièrement en faveur de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. Les offres d’accueil extrafamilial se trouvent au centre des discussion. Les Jeunes du Centre sont convaincus qu’en ce qui concerne le développement des services de garde d’enfants, l’accent doit être mis non seulement sur la quantité, mais surtout sur la qualité. C’est pourquoi les Jeunes du Centre demandent au Conseil fédéral, par le biais d’une motion, de créer un label de qualité pour les crèches sous la forme d’un accord intercantonal et de subordonner les futures aides financières aux crèches au respect des exigences de qualité.

La formation n’est pas une étape de la vie
Alors qu’autrefois on parlait de formation, de travail, puis de retraite, aujourd’hui la société se concentre sur l’apprentissage tout au long de la vie. Les Jeunes du Centre sont convaincus que le système de formation actuel n’en tient pas suffisamment compte. Ainsi, avec des semaines pratiques, ils demandent que les élèves, en plus des matières traditionnelles, reçoivent également un enseignement en lien avec les défis sociaux actuels, y compris des sujets tels que l’utilisation des médias actuels, la santé mentale, la prévoyance vieillesse, la durabilité, mais aussi des devoirs tels que la déclaration d’impôt. En outre, une matière obligatoire « éducation civique et politique » devrait favoriser la compréhension et l’intérêt des jeunes pour le système politique unique de la Suisse. Afin que ces cours soient aussi pratiques que possible, les Jeunes du Centre demandent dans une motion que les associations qui organisent par exemple des tables rondes dans les écoles soient également soutenues par la Confédération par le biais de la promotion de l’enfance et de la jeunesse.

Chaque contribution compte
Le système de milice de la Suisse est un produit de qualité. C’est l’un des piliers les plus importants de la culture politique et aussi la meilleure assurance pour la Suisse en cas de crise ou de catastrophe. Avec leur engagement pour l’initiative « Service Citoyen », les Jeunes du Centre veulent renforcer le système de milice pour l’avenir et, avec un service obligatoire pour les hommes et les femmes, également assurer l’égalité à tous les égards. Ils sont convaincus que le service citoyen renforcera non seulement l’importante cohésion entre les classes sociales et les régions linguistiques, mais que chacun pourra également acquérir des compétences supplémentaires pour le marché du travail grâce à ce service.

Avec de la diversité et du dynamisme vers l’avenir
Outre l’élection de la présidence et l’adoption des papiers de position, les nouvelles élections ordinaires du comité ont également eu lieu. Les Jeunes du Centre sont fiers que toutes les parties du pays et toutes les régions linguistiques soient représentées dans le nouveau comité.
C’est non seulement un signe fort à l’égard de nos minorités linguistiques, mais cela montre également que les Jeunes du Centre se sont construits et fortement développés dans toute la Suisse. Le nouveau comité est composé des personnes suivantes :

  • Tina Deplazes, Zurich (sortante)
  • Nino Gisler, Uri (nouveau)
  • Isaure Juillard, Jura (nouvelle)
  • Maxime Moix, Valais romand (sortant)
  • Michele Roncoroni, Tessin (nouveau)
  • Melanie Schmid, Haut-Valais (sortante)
  • Julia Schneider, Bâle-Campagne (nouvelle)
  • Cindy Schnider, Grisons (sortant)
  • Sarah Bünter, Saint-Gall (membre d’office)
  • Simon Stadler, Uri (membre d’office)
MERCI SARAH !

Les Jeunes du Centre Suisse profitent de l’occasion pour remercier une nouvelle fois du fond du cœur leur présidente sortante Sarah Bünter. Bünter s’est investie corps et âme dans la jeunesse de parti au cours des deux dernières années et demie. Par son attitude ouverte et accessible, elle a réussi à inspirer de nombreux jeunes pour une politique constructive et orientée vers les solutions. Grâce à elle, les Jeunes du Centre Suisse sont aujourd’hui la jeunesse de parti suisse avec la plus grande croissance du nombre de ses membres. Grâce à sa compréhension de la politique, Sarah Bünter a contribué à ce que la coopération entre les partis soit abordée non seulement dans le domaine de la prévoyance vieillesse, mais en particulier aussi en lien avec la crise de COVID-19, et à ce que les intérêts de la jeune génération soient ainsi activement pris en compte dans la politique. Elle a toujours eu le souci de placer le contenu au centre. Elle y est parvenue à maintes reprises dans son mandat, ce qui lui a valu d’être appréciée bien au-delà des frontières du parti. Nous lui souhaitons le meilleur et tout de bon pour l’avenir.

Pas de soutien au lancement du référendum contre la Lex Netflix
Les délégués ont décidé de ne pas soutenir le lancement du référendum contre la Lex Netflix. Si la collecte de signatures devait aboutir et ainsi déboucher sur l’organisation d’une votation, la prise de position officielle sur cette loi aurait lieu lors d’une assemblée des délégués.
Les sections et les membres des cantons sont libres de décider eux-mêmes s’ils soutiennent ou non le référendum.